Carnet de route

La Chartreuse, version ludique !

Le 05/09/2015 par Béraud Chantal

Marie-Christine et Jacques arpentent depuis des années leur petit paradis de la Chartreuse. Une verte vallée, aux sommets oscillant autour des 2 000 mètres, qu’ils partagent régulièrement avec leurs amis du CAF. En ce début septembre, la première rando consiste en l’escalade du Charmant Som (1867 m), en passant par la grande traversée des dalles. Arrivés là haut, fini l’été, et vive le brouillard ! Pas question de savourer le panorama (inexistant) ni de se faire une petite sieste au soleil (disparu on ne sait où…).

Mais le dimanche est heureusement là pour tenir toutes ses promesses. Après un départ frisquet (surtout pour Franck et sa compagne, qui ont testé la soirée sous tente, au cours d’une des premières nuits de gel !), le cirque de Saint-Même dévoile toute sa beauté. Après l’approche d’une magnifique cascade, on se glisse par un étroit sentier, à flanc de montagne, jusqu’au sommet, où une résurgence des Sources du Guiers forme une petit plan d’eau mouvant se déversant littéralement à pic dans le paysage. C’est beau, naturel, tout simplement magique… Puis on escalade une sorte de chaos rocheux, humide et glissant, derrière lequel  se situe la grotte de la Félicité. C’est Franck, le spéléo aujourd’hui en grande vadrouille sous le  ciel bleu, qui nous la dénomme ainsi… Félicité ou pas, il nous reste ensuite à jouer avec le second passage câblé, joliment dénommé « le Pas de la Mort » ! Ludique…

Ensuite, la rando se poursuit dans une belle ambiance d’alpage, en direction de la croix de l’Alpe. Vers le Pas de l’Echelle, gravée dans la dalle, la fleur de lys du Dauphiné côtoie la croix de Savoie : ici passait autrefois la frontière… Quant à la traversée du plateau, elle offre de splendides vues sur les lapiaz : ces curieuses formations géologiques forment des trous, des rigoles de dissolution, qui griffent la surface de la roche calcaire. Ces trous peuvent mesurer entre quelques centimètres et plusieurs mètres de large. Il faut évidemment prendre garde à ne pas tomber dedans, mais ce type de terrain offre un beau paysage, typique de ce massif. Enfin, cerise supplémentaire sur le gâteau, à la croix de l’Alpe (1821 m), le Mont Blanc a la bonne idée de se laisser admirer durant quelques minutes.

 

« Ludique, la descente ? »

Alors que nous croyons avoir quasiment terminé notre journée, d’autres surprises nous attendent. Franck, le spéléo quarantenaire, nous accompagne parce qu’il participe aujourd’hui « à sa journée avec les anciens du CAF ». En toute gentillesse, et on apprécie ! Un club qui ne soucierait que de ses jeunes remplirait-il vraiment toutes ses missions ? En tout cas, le « vieux » Jacques, dans sa grande sagesse, nous a concocté une dernière sacrée descente. Marie-Christine se souvient seulement qu’à un moment, il faut s’accrocher d’arbre en arbre, c’est sa meilleure solution trouvée pour ne pas se casser la gueule ! Et en effet, la fameuse descente tient toutes ses promesses. D’abord, elle a raison d’un ménisque du genou de Michel, qui se remet brusquement à « bricoler » après s’être tenu tranquille durant des années. Ah, ces anciens… Heureusement, Jacques se souvient encore de ses années de sapeur-pompier, et il lui bricole « une tortue » en premier secours ! Qui fera heureusement bon office jusqu’à la fin…

Histoire de rigoler un peu plus, on se retrouve ensuite paumés à l’un des endroits les plus escarpés, parce que des exploitants forestiers ont littéralement détruit le chemin ! Franck fonce tout droit, et Martine, Catherine et moi, nous le suivons sans aucune hésitation. Le coquin : il est venu avec une corde et une sangle, qu’il espérait bien ne pas avoir transporté pour rien ! Du coup, sur un passage, il nous offre son bras (ou plutôt sa sangle !) pour franchir un cap particulièrement délicat. Une fois parvenus tous sains et saufs, rieurs au parking de retour, Franck a ce mot merveilleux à l’adresse des Guillaume : « C’était ludique, j’aime bien, je repartirai avec les anciens ! » P’tit con, t’auras peut-être à faire gaffe à nos cannes la prochaine fois…

 

Chantal Béraud.

Photos : Jacques Guillaume et Chantal Béraud. 







CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda