Carnet de route

Les Estables : Week-End sportif et gastronomique. 31 janvier 2015

Le 04/02/2015 par Bernard Dujoux

WE ski nordique : Peu de succès pour ce week-end fond aux ESTABLES, seulement 7 inscrits pour 12 places retenues et comble de malchance, le virus de la grippe nous a terrassé 3 participants, sans compter un genou qui a également grippé la veille du départ.

Bon, qu'à cela ne tienne, nous sommes 3 à rester en course, la motivation est là… Petite appréhension au départ, ROANNE est sous la neige. Pas de problème, nous partons et finalement ça roule très bien jusqu'au Monastier. A partir de là, la neige est au rendez-vous sur la route et deux voitures arrêtées dans la pente nous inquiètent. Rien de grave, ça cousine…

A notre arrivée aux Estables, nous demandons la direction de la station à une personne qui nous souhaite bon courage, avec un large sourire. Nous poursuivons… Effectivement, le jeu consiste à rester entre les poteaux à peine visibles et à ne pas s'arrêter, heureusement, pas de voiture en vue si ce n'est un 4/4 qui chaîne à un carrefour. Ca roule, on y croit et nous sommes bien soulagés à la vue du parking très accessible qui s'offre à nous. Premier souci, aller à la rencontre du gîte pour tester l'ambiance suite à notre défection. Midi approche, c'est le coup de feu.

Malgré tout, nous sommes gentiment accueillis et la serveuse nous invite à revenir l'après-midi pour nous installer. Moitié rassurés, nous chaussons les skis et partons sur le chemin de ronde excellent pour nous mettre en jambe et nous ouvrir l'appétit. Nous découvrons avec plaisir une salle hors sac flambant neuve, et après avoir rechargé la chaudière, nous décidons d'aller boire le café au gîte où l'accueil est toujours aussi sympa. Rassurés cette fois, sur les recommandations d'un habitué, nous nous lançons sur la Coste Belle qui est agrémentée de belles côtes, d'où certainement son nom dans le patois local.

Le temps alterne entre giboulées et quelques timides rayons de soleil. En patineur, c'est agréable mais pour Maryse obligée de skier en alternatif, le parcours est plus sportif. 16 heures sonnent et d'un commun accord, nous estimons qu'il est trop tôt pour arrêter. Nous enchaînons donc sur la piste ‘'la source'' que nous n'avons pas vue et qui nous a assoiffés, cette fois le contrat est rempli et nous rejoignons le gîte où la source (pas la même) est bien achalandée.

Après s'être agréablement déshydratés au coin de la cheminée, nous nous installons dans le gîte très confortable, personne… à part nous ! Une bonne douche dans une cabine XXL nous requinque avant d'aller dîner. Ambiance feutrée et sympa à notre arrivée, la maîtresse de maison nous annonce le menu qui paraît fort sympa, un petit verre en accompagnement n'est pas pour nous déplaire et notre choix porte sur un vin du Gard qui inquiète les 2 M. La maîtresse de maison nous rassure en nous affirmant avec un petit accent que c'est un vin très léger (14° ! pas de problème !) : Entrée avec une assiette de charcuterie haute en couleur, le ton est donné, nous comprenons rapidement que Chris nous a concocté une surprise car c'est bien un week-end sportif et gastronomique que nous allons vivre. Demandez à Monique ce qu'elle a pensé de la caillette avec son accompagnement qui a suivi. A la vue du dessert, les yeux pétillent et dans la foulée, les papilles se ravissent. Pleinement satisfaits après avoir traîné à table, nous rejoignons le gîte sans balade digestive car le temps ne s'y prête pas vraiment, ambiance super blanche…

Autre agréable surprise à notre arrivée pour le petit déjeuner, personne à l'horizon la table est servie et quelle table avec plein de petites attentions, nul doute qu'avec un tel petit déjeuner rien ne devrait nous arrêter. Le chef occupé à dégager la neige nous rejoint, quelques mots échangés avec lui au moment de régler l'addition suffisent à nous convaincre que c'est un gîte qui mérite à ce qu'on y retourne.

Conformément à nos résolutions de la veille, nous nous lançons sur la piste noire ‘' le Mezenc''. Le vent souffle, la neige tombe et rapidement la pente se redresse. En patineur, ça se corse car le damage est bien recouvert, heureusement, les batteries sont bien chargées… Dès que la pente s'inverse, ça devient très agréable car nous sommes dans la ouate. La neige redoublant par moment, nous pensons à nos amis raquetteurs qui sont dans le coin, où sont-ils ? Est-ce que ça se passe bien car la météo devient de moins en moins encourageante. Dans le bois, ça va, mais lorsque nous arrivons vers la grosse roche, il faut traverser un passage à découvert, je me lance en éclaireur, ça frise la tempête, j'aborde les congères latéralement, j'envisage de faire demi-tour, heureusement un habitué me dit que ce n'est pas long et nous continuons. Ce passage étant négocié, nous pensons doublement aux raquetteurs car là, ça devient dément. Nous poursuivons la piste noire qui mérite bien son nom, le soleil apparaît brièvement pour nous encourager. Les derniers kilomètres approchent, nous retrouvons le chemin de ronde qui est relax. Trop beau pour durer, il fallait s'y attendre, la piste bifurque à gauche et là, ça se redresse fortement. Résolutions prises obligent, on y va, et après un bel effort… le sommet est en vue. La descente est directissime et nous nous retrouvons en deux temps trois mouvements au départ des pistes.

La pause casse-croûte est bienvenue, la salle est très animée avec la présence de compétiteurs en course d'orientation mais aussi de fondeurs et raquetteurs pas du tout prêts à se laisser abattre, à voir les tables bien garnies. Après le petit casse-croûte bien frais, un petit café au coin de la cheminée est bien apprécié. La station s'est bien remplie et nous terminons la journée sur le chemin de ronde idéal pour finir en douceur. Le temps ayant passé très rapidement, nous rentrons sans problème et regrettons de ne pas avoir partagé ce moment avec nos malades, ce sera partie remise…..







CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda