Carnet de route

Massif du Dévoluy en raquettes

Le 30/03/2015 par Christiane COHAS

Massif du Dévoluy en raquettes

les 20-21-22 mars 2015

 

Le jour même du printemps, vendredi 20 mars, nous quittons Roanne sous une pluie qui nous accompagnera jusqu'à Grenoble ; nous arriverons au Col de Festre (1442 m) vers midi ; de là, nous entreprenons notre première course, équipés de nos ARVA. C'est une longue ascension dans une neige abondante jusqu'au Collet (1942 m) avant de redescendre dans le Vallon des Aiguilles que nous remontons pour atteindre le Col du même nom (2003 m). L'absence totale de vent nous permet d'apprécier cet après-midi brumeux, qui nécessite toutefois de nous équiper de protection solaire et de lunettes de soleil, durant ces 5 heures de marche et 700 m de dénivelé.

C'est ensuite l'installation au gîte de St Disdier en Dévoluy des 8 cafistes pour 2 nuits ; le gîte est exigu mais très fonctionnel et nous y profitons d'un copieux souper...

 

Nul doute, le temps ne changera guère au cours de notre séjour ; aussi c'est de bonne heure et de  bonne humeur que nous abordons le lendemain matin celle qui doit être notre plus grande sortie : le contournement de la Tête d'Oriol en passant sous la Demoiselle.

Nous démarrons après le hameau du Grand Villard (1215 m) avec les raquettes sur le sac pour remonter en direction d'une cabane pastorale (1586 m) par le vallon du torrent des Pertusets. Après une demi-heure, nous retrouvons une neige abondante ; comme la veille, nous sommes dans une immensité blanche, seuls au monde, accompagnés par de très rares skieurs de rando. Nous nous nous engageons dans le  vallon de la Truchière que nous remontons vers la Demoiselle ; Demoiselle que nous apercevrons fugitivement avant qu'un épais brouillard ne recouvre les sommets, nous incitant alors à faire demi-tour à 1990 m. Nous regagnons alors la cabane pastorale où nous déjeunerons ; grâce à Jean-Pierre et son briquet, nous nous offrirons même une flambée dans un vieux fourneau déglingué !

Retour vers 15 h au gîte où les plus courageuses décident de monter à pied et sous la pluie visiter Mère-Eglise et son petit cimetière où repose un certain René Demaison, alpiniste amoureux du Dévoluy. Un très bon souper vient clore cette journée et nous partons, derrière nos petits rideaux, pour une nuit paisible et bien méritée.

Ce dimanche matin : Jean-Pierre, « monsieur tout-azimut ». Nous quittons le gîte après avoir remercié la gardienne pour sa gentillesse et son professionnalisme, vraiment une adresse à retenir.

Il fait nettement plus froid et nous constatons très vite qu'une légère couche de neige est tombée cette nuit, accentuant la blancheur du paysage. Du Pont du Villard (1352 m), l'objectif est d'atteindre le Col du Rabou (1888 m). Encore une fois, la visibilité n'est pas parfaite, entre les flocons qui tombent et le brouillard, nous ne distinguons guère les reliefs...Dans ce dédale, Jean-Pierre s'affaire, parfois il s'immobilise, boussole et carte en main, à la recherche du bon azimut, parfois il gambade à la recherche d'une voie probable ! Ca sent l'aventure, quoi ! A 1800 m, un dernier point pour constater que nous ne sommes pas tout à fait dans la trajectoire du Rabou, il faut tirer à gauche, mais nous sommes toujours dans un épais brouillard, alors... nous décidons de redescendre. Un promontoire rocheux fera l'affaire pour un rapide pique-nique, néanmoins arrosé d'un petit Médoc... Retour aux véhicules, tous heureux de cette forte oxygénation.

Retour sans encombre vers 19 H à Roanne.
Encore une fois merci à Chris et à Jean-Pierre pour ce séjour en Dévoluy.

                        Signé : Bernard Brunet avec sa plume de comptable !

CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda