Carnet de route

Révélations gardoises

Le 12/03/2017 par Brynhild M. et Michel D.

Quatre grottes en deux journées, dont trois inédites pour nous ... y’en a qui ne chôment pas !

Samedi matin, levé 7h pour toute la troupe. Le soleil pointe le bout de son nez allumant le ciel de ses belles couleurs rosées : promesse d’une journée magnifique !

Le petit dèj avalé, l’équipe se sépare en deux : Michel, Lysianne, Laura, Christophe, Bruno et Christian partent pour se faire décoiffer à l’Aspirateur et rejoindre leur guide.

Audrey, Fabien, Isa et Brynhild préparent l’équipement pour « La Licorne » : deux kits de cordes et d’amarrages. Normalement on ne devrait pas manquer ... Quoi que sans topo, on y va « à la louche ! » Bon, la veille Gilles (proprio du gîte) a quand même fait à Audrey une petite description des puits (pas trop longs), des escalades, des étroîtures ... et des superbes concrétions à voir.

Pas de topo mais pour une fois des coordonnées GPS qui indiquent l’entrée !

Audrey, fraîchement diplômée en tant qu’initiatrice, équipe le trou. Nous évoluons tranquillement et découvrons les merveilles de cette grotte ; Audrey nous explique la formation de ce que nous pouvons observer : niveaux d’eau, taille et forme des concrétions, des blanches, des fistuleuses droites, excentriques ...

Malheureusement, Fabien qui ne se sent pas très bien préfère remonter.

La fin de cette grotte se fera entre filles ! Après tour (ou retour) dans différentes petites salles de la cavité, nous remontons à la surface ... Prudence est mère de sûreté : que faire si la seule spéléo capable de se débrouiller seule se faisait mal ? Brynhild et Isa pleureraient … Mais c’est pas ça qui ferait avancer le schmilblick !

Par chance, un deuxième aven est à proximité !

Une remontée et sortie de La Licorne plus tard, Fabien, Audrey, Isa et Brynhild partent en direction de la Grotte de Barry : pas besoin de cordes ni d’amarrages. C’est en mode « rando-spéléo » que nous la découvrons. Audrey nous explique quelques manips qu’elle a effectuées lors de son examen d’initiateur et quelques détails remarquables de l'antre, griffures d’ours ou autres signes de la vie préhistorique. Fin de journée pour la petite troupe ; nous sommes tous heureux d’avoir vu de bien belles choses dans ces deux grottes voisines ; retour à Maison Carrée sous le soleil. Audrey dessine sa toute première topo tandis que le reste de l'équipe « enkite » les affaires pour l'explo du lendemain : l’Everest (… ou pas ? )

Cyril nous rejoint en début de soirée, lui aussi fraîchement diplômé : Moniteur notre Gour !

Retour de l'équipe « Aspirateur » accompagnée de leur guide de la journée ...

 

Michel : « Selon les règles de protection d'un milieu extrêmement fragile, ce sont six spéléos seulement qui ont eu le privilège d'accompagner Jean-Louis Galéra pour notre découverte de l'aven de l'Aspirateur (plateau de Méjeannes le Clap) : Lysiane, Laura, Bruno, Christophe, Christian et Mi.

Mise en bouche de la journée, J.L. nous a initiés au maniement de ses baguettes fétiches réagissant aux lois de la physique et nous indiquant vides et passages d'eau souterrains … Les plus sceptiques sont convaincus, ça marche ! Il est toutefois préférable de connaître l'entrée du réseau car elle est bougrement bien camouflée.

La trappe d'accès donne directement sur un ressaut en diaclase ; puis tout devient rapidement confortable et beau, le long de grosses coulées de calcite, jusqu'au pied des puits. Par un vaste gour blanc et un décolmatage laissant place à de belles banquettes limites, on accède à la Galerie de la Jonction ; celle-ci, longue de 230m, présente tout ce que l'on a jamais ou peu observé jusqu'alors :

canyons ou beaux sols argileux craquelés, en plafonds : coupoles, sabres, chemins de bulles confluant vers le haut tels des arbres à l'envers. Il y a aussi tout un remarquable ensemble de baguettes de gours et Jean-Louis ne tarit pas d'explications pour notre grand régal.

Nous obliquons au Sud. afin de visiter la salle de la Méduse puis retournons dans la Galerie des Banquettes et ses typiques creusements du bas vers le haut. Un superbe chenal se balade en voûte (le Grand Serpent), encore des sabres qui hérissent le plafond tandis que le sol est couvert de gours de calcite avec cristallisations triangulaires et imbriquées ; nous découvrons tous ce genre de concrétionnement. Nous poursuivons par la Grande Salle des Argiles, décorée de sapins, stalactites inversées, petites cheminées de fées et dallages « chocolatés » …

Nous terminons notre exploration par la Salle des Coupoles puis Le Téléphone avec ses « poupées », formations curieuses constituées d'argile et de silice, dont une en forme de téléphone que seul J.L. sait faire fonctionner !

Nous rebroussons chemin, bénéficiant à chaque pose des éclaircissements de notre mentor, cours magistral de géomorphologie et les phénomènes karstiques ; nous ressortons après sept heures de parcours, tous bluffés par tant de diversité et la spéléo, dans ces conditions, devient école.

Une fois la porte refermée sur ces curiosités naturelles, nous prenons encore le temps d'aller repérer les entrées de l'Everest puis de l'aven Souchon … pour demain ?

Jean-Louis partagera avec bonheur notre soirée à St Denis, il mérite bien cela, avec nos remerciements pour son aimable guidage ».

 

Pour fêter comme il se doit nos initiatrice et moniteur, le repas sera simple mais copieux (pas de complications ce soir, notre cuisinière attitrée en chef se remet de ses blessures ...) et se termine sur une farandole de desserts.

 

Dimanche matin, nous optons pour l’aven Souchon, l'Everest sera une bonne occasion de revenir dans le coin ! Visites de diverses salles : Marcassin, Vaisseau Fantôme … magnifiques. Au programme : puits, toboggans, étroitures, un peu de gaz et beaucoup de ... gadoue bien collante !Nous évoluons grâce à l’équipement combiné de Cyril et Audrey. Derrière la glaise se cache des formations splendides (les triangles de calcaire : preuve que le milieu a été mouillé et non perturbé pendant un bon moment). Certains d’entre nous remontent : CO2 et ressauts étroits ne font pas bon ménage ! Une majorité poursuit jusqu’au fond, découvrant les dernières merveilles de la journée. Christian déséquipe sous l’œil attentif d’Audrey. Les derniers à retrouver la surface sont accueillis par Fabien et Michel (appareil photo à la main !).

Après un pique-nique salvateur au soleil, nous rangeons le matériel. Les cordes utilisées iront faire un  tour dans le Renaison samedi prochain pour un lavage intensif !

Audrey et Laura nous quittent un peu plus tôt, train oblige.

Le temps est venu de nous séparer et retourner chacun dans nos pénates.

Encore un week-end bien vite passé, qui donne envie de faire un bond de 4 semaines dans le temps pour le prochain dans l’Aveyron !

Brynhild.

CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda