Carnet de route

Alpinisme dans le massif du Mont Rose du 13 au 16 août

Le 17/08/2017 par Nicole et Séverine

Nous sommes 7, initiés ou totalement débutant, à partir le dimanche 13 août pour découvrir le massif du Mont Rose avec Jean-François.

Départ matinal de Roanne pour le tunnel du Mt Blanc, puis le val d’Aoste et le val Greyssoney. Après vérification des sacs, nous prenons la benne qui va nous monter à 3 200m. Le temps n’est pas très beau et le premier contact frileux. Après le casse-croûte  près de la benne, c’est le départ pour le refuge Gnifetti. Nous ne mettons pas les crampons car la trace est bien marquée et il y a plusieurs  passages « via ferrata ». L’arrivée au refuge à 3647m se fait sans difficulté et le glacier que l’on domine de la terrasse est impressionnant .

Nous nous installons au refuge, confortable, malgré une impression de foule car il est complet et compte 170 places.

Le lendemain, à l’aube, les choses sérieuses commencent ! Il faut chausser guêtres et crampons, casque et baudrier, ne pas oublier piolet et bâtons. Jean-François, assisté de Séverine et Jean-Pierre qui essaient de se rappeler leurs connaissances des nœuds, encordent tout le monde et nous voilà partis en 2 cordées.

Première étape le Col du Lys à 4 000 m. Montée lente pour s’habituer à l’altitude mais tout se passe bien. Le paysage nous coupe le souffle bien autant que l’altitude : étendue blanche et scintillante au soleil, pointes et crêtes impressionnantes et crevasses à la fois inquiétantes et fascinantes.

Au col, nous prenons sur notre droite pour gravir la Pyramide Vincent à 4 250m, premier défi relevé avec bonheur et premier 4000 pour certains. Il y souffle un vent violent et glacial qui ne nous empêche pas de savourer le paysage et ne gâche pas notre joie d’être arrivés là ! Nous redescendons au niveau du col pour remonter vers le bivouac Giordano à 4050m, cabane bien modeste mais flanquée d’un immense Christ en métal. Nous redescendons un peu pour nous mettre à l’abri du vent et casser une petite croûte bien méritée.

Avant de quitter le col, nous essayons deux autres sommets où nous devons faire demi-tour : l’un voit la trace coupée par une large crevasse, et l’autre, au-dessus de la rimaye est totalement en glace. Tout au long de la descente, nous apprécions encore ces majestueux paysages accompagnés des nombreux commentaires instructifs de Jean-François.

Deuxième jour réussi, nous sommes un peu fatigués et surtout nous avons pris de bonnes couleurs : tendance rouge vif avec bien sûr la marque des lunettes et du casque !!

 

Mardi 15 août, c’est le grand défi : la Cabane Margherita sur la pointe Gnifetti (appelée aussi Signalkuppe) à 4 554 m, le plus haut refuge d’Europe et le plus haut sommet de notre séjour ! Nous reprenons la même trace que la veille mais arrivés au col du Lys nous prenons à gauche, nous contournons le grand Christ de Giordano pour découvrir une immensité blanche entourée de sommets plus ou moins enneigés.

Après une pente assez raide, nous arrivons à un col : à notre droite Margherita, à notre gauche un autre piton dont  3 seulement d’entre nous atteindrons le sommet car la trace est une arête étroite qui exige de l’expérience et un pied sûr.

Enfin, nous attaquons la montée à la cabane Margherita, la dernière longueur est particulièrement raide mais quel bonheur d’arriver tous au sommet !! Nous posons pour la photo souvenir, ou plutôt les nombreuses photos, puis entrons prendre  une bonne soupe, un thé ou un jus de fruits, histoire d’arroser notre exploit ! (et oui nous sommes très fiers de nous !)

Il nous faut ensuite prendre le chemin du retour, avec le cœur bien léger. Au cours de la descente, Jean-François nous initie à quelques exercices de sécurité à l’aide du piolet, ce sera l’occasion pour nous de faire de belles glissades et de prendre quelques fous-rires tout en apprenant des techniques bien utiles.

Nous faisons de nombreux arrêts pour nous gaver de ces paysages extraordinaires.

Au pied du refuge, Séverine (désignée volontaire !) sera cobaye pour un exercice de mouflage, solidement sécurisée par Jean-François. Jean-Pierre arrive à la remonter sans problème. Ensuite, inversion des rôles mais là Séverine a un peu plus de mal à sortir Jean-Pierre ! Heureusement que Jean-François est là pour l’aider à tirer sur la corde !

 

Mercredi matin, il nous faut prendre la route du retour d’abord par une descente « via ferrata » jusqu’à une longue pente de neige, puis après avoir retiré les crampons, et les polaires, car il fait chaud, nous suivons un chemin dans les éboulis jusqu’à la benne qui nous ramènera au parking.

 

Un week-end exceptionnel, nous avons eu la chance d’avoir un temps superbe, un groupe sympathique et solidaire, et un guide PARFAIT sur tous les plans !

Merci encore à Jean-François pour sa disponibilté, sa patience et ses compétences rassurantes !!

CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda