Carnet de route

Bivouac au cœur de la chaîne des puys. Du 3 au 5 juin 2017.

Le 03/06/2017 par Séverine Chantal Martine Nicole Géraldine Gislaine Frank Joel JPierre

Par une partie de l’équipe des randonneurs…                              

Il était une fois neuf courageux Cafistes, bien décidés à aller dormir au sein de Dame nature. Direction de l’expédition : la chaîne des puys… D’autres amis (ou faux amis ?), mis au courant de notre expédition, avaient dès le départ salué l’initiative… en nous proposant d’aller voir plus loin : en haute montagne, il y a paraît-il des coins sympas. Pour bibi (Chantal), l’objectif Puy-de-Dôme semblait déjà bien assez élevé ! Il faut dire que mon dernier bivouac remonte à quelque trente ans, lors d’un de mes tout premiers voyages à l’étranger : partie visiter la Grèce avec une copine, notre ferry ayant débarqué sur l’île de Mykonos (Grèce) vers trois heures du matin, nous avions établi notre bivouac sans aucune autre forme d’hésitation à même la plage… mais aussi à proximité d’une boîte de nuit ! Je me souviens avoir quand même bien dormi, vive la jeunesse.

Aujourd’hui transformée en une vieille et sage randonneuse, sous la conduite forcément éclairée de Dame Séverine, je me voyais très bien récidiver, cette fois-ci en terre « d’altitude » auvergnate… Avec pour objectif premier : partir dès le samedi, pour enchaîner deux nuits d’expédition. Oui mais voilà : la météo annonçant un sale temps sur le géant des Dômes (volcan fier de ses 1 465 mètres d’altitude), puis beau temps les deux jours suivants… on a tous décidé de débuter la rando, non pas sous la pluie, mais  sous le « soleil », en partant seulement le dimanche matin. Le 4 juin donc, du col de la Moréno, direction le chemin des muletiers, puis arrivée au Puy-de-Dôme (dans le brouillard, dans le grand style du panorama mystère), redescente par le chemin des chèvres avant d’atteindre, sous le soleil cette fois, le curieux volcan du Pariou (dont le cône évasé permet de plonger à l’intérieur du cratère, sympa…).

Ici, je laisse la plume à d’autres randonneurs, car on a décidé de faire une grande première : un récit collectif. Voici donc la suite de l’expédition, par Géraldine et Franck :

Inoubliable ascension tout en marches de bois vêtues afin que Mère Nature soit préservée…abdos et fessier en prime ! On souffle… puis Direction le puy de Côme avec la traversée de merveilleuses clairières de noisetiers à l’ombrage délicat jusqu’aux grottes… Cet évident retour aux sources de nos ancêtres nous émoustille. « Et si nous passions une nuit abritée sous la roche à graver des souvenirs en grande convivialité ? nous demandons-nous…  Finalement, nous optons pour un tapis moelleux d’herbe fraîche près d’un point d’eau, indispensable pour notre repas de chef tant attendu. Auprès de notre arbre… ».

La suite racontée par Martine :

Auprès de notre arbre… nous installons notre campement. Nous allons tirer l’eau à la fontaine pour le repas que nous préparons en commun. Chacun a apporté un petit plus. Dame Séverine ouvre une bouteille de muscat tiré de son sac. Ce petit verre, comme il est apprécié. Nous passons un bon moment, mais l’heure arrive de retrouver nos duvets. Pour certains, difficiles de trouver le sommeil, avec de nombreux réveils par cette belle nuit claire. Le matin, très tôt, nous sommes réveillés par de nombreux chants d’oiseaux différents. Un véritable concert. Que du bonheur.

La suite racontée par Jean-Pierre :

Et que ne fut pas notre surprise de découvrir à notre réveil, que la nuit nous a apporté de jolies chrysalides nommées Séverine et Chantal ! Nos deux aventurières ayant bravé les farfadets et les moustiques. Chantal avait même laissé ses petits chaussons… des fois que la fée des bois y  dépose un présent ? Après un frugal petit déjeuner composé de semoule compacte, nous repartons vers une nouvelle aventure en direction du Puy de la Vache.

La fin racontée par Nicole :

Ce week-end a été très enrichissant. On y a appris la fabrication de pantoufles avec un sac en plastique ! Voir avec le fabricant pour passer commande, il se reconnaîtra…

Que du bonheur de voir défiler les kilomètres sous les arbres. Ah, j’avais oublié les longues marches d’escalier en bois, ça c’est pour nous faire de bons mollets pour l’été. Je recommencerai bien ce bivouac à l’occasion…

CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda