Carnet de route

Dix sept spéléos sous le Méjean

Sortie :  Lozère ... du 03/03/2018

Le 12/03/2018 par Estelle, Fab, Galou, Brynhild

Samedi 3 - Aven de Rocoplan – équipe 2 : Fabien, Lysiane, Michel, Isa et moi.

Pour mes coéquipiers le lieu est connu, vu et revu. Donc, on ne résiste pas à l'idée de faire une « première » et allons chercher et découvrir l'aven de Rocoplan, sur le Causse Méjean.

Malgré un départ matinal correct, la topo vintage ne nous met pas vraiment sur la bonne voie et à 10h00 nous testons encore le mode 4x4 du « Duster » dans la forêt ainsi que les qualités de Michel en bûcheron. Mais un agent du parc national, rencontré de manière inopinée dans une cour de ferme, nous escorte jusqu'au trou ! 11H45, nous voilà en train de descendre. Notre super-initiateur Fabien est à l'équipement (hyper confort pour ses petits poussins !) et la grotte nous réserve plein de surprises : euh … les cotes ont du changer depuis que la topo a été faite = la corde file beaucoup trop vite et les amarrages vont manquer. Dommage, le premier jet du P28 à ciel ouvert est grandiose, la suite de la progression sympa et finalement le passage étroit n'est pas si méchant que ça ! Le début du P29 donne envie mais, faute de matériel, on fera demi-tour avant d'avoir à chercher la lucarne pour enchaîner. Fabien ayant renoncé, face à nos grognements, à nous imposer un passage de nœud, il me propose de déséquiper pour que la sortie reste pédagogique. Je ne sais pas ce qui m'a pris mais j'ai dit oui et je ne suis pas peu fière d'avoir osé enfin passer ce cap !

Grâce à la présence rassurante et aux conseils de notre nouvel initiateur, tout s'est très bien passé.

Et même le petit bout de vire de la fin ne me provoquera aucune angoisse grâce à tous mes coéquipiers qui me soutiennent et me divertissent du bord de la doline (image d'indiens attendant en haut de la colline, de mon point de vue :-).

Entrés sous la neige, sortis sous le soleil … encore une belle journée de spéléo !

TPST = 5h – cote atteinte estimée : -50m. On a fait du 10m/h quoi … à cinq, mais c'était top !

Estelle.

 

Samedi 3 - Aven de Rocoplan - équipe 2 avec Fabien, initiateur + 1 semaine ...

Ce sera finalement l'aven de Rocoplan en compagnie d'Isa, Lyse, Estelle, Michel.

Quel bonheur d'équiper "juste pour le plaisir" avec les copains et sans la pression de l'initiateur !

Équipement "tout confort" selon les dires de mes compagnons et ça tombe bien, le chef n'est pas dans les parages pour soustraire quelques points à ma note finale.

Et comme tout bon chef, je délègue. Estelle s'essaye au déséquipement et s'en sort avec honneur !

Bref,  une très belle journée!

Fabien.

 

Samedi 3 - Hyelzas - solo « auprès du feu ». TPACDP (temps passé au coin du poêle) = 7h45mn.

Pas de souci d'équipement ni d'amarrages, « sortie » peu pédagogique mais productive !

Galou.

 

Samedi 3 - traversée de Malaval – équipe 3

Une fois n’est pas coutume, c’est en total minorité féminine que je vais vivre cette journée.

Ainsi, accompagnée de Christian, Arnaud, Sébastien, Jean-Christophe et Cyril nous quittons le gîte pour nous rendre dans un premier temps chez Daniel ANDRE à Ispagnac. Le spéléologue passionné nous explique comment nous rendre à la grotte, cartes IGN et photos à l’appui : « Vous verrez, les difficultés sont au début, quand vous les aurez passées, vous aurez l’impression d’avoir fait 1km alors que vous n’aurez fait que 400m…mais après c’est magnifique ! Ça vaut vraiment le coup ! » Avertis et parés, nous décidons de laisser une voiture à la sortie. On nous a prévenus : nous allons sortir trempés, il fait frais, et le retour au point de départ peu prendre du temps…. La raison nous pousse donc à laisser la camionnette de Sébastien dans le grand virage en épingle.

Après avoir garé la voiture de Cyril au départ, nous pouvons nous équiper (sous une petite bise lozérienne vivifiante…). Les explications de Daniel sont claires, nous ne tardons pas à trouver l’entrée de la grotte. Nous allons pouvoir commencer la traversée. Je suis en bout de file : je déséquipe les vires installées par le chef. Les 400 premiers mètres sont en effet… variés : vires, ressauts, escalades, oppos ... les obstacles se suivent et ne se ressemblent pas ! Début plutôt sympathique. Mais nous ne sommes pas encore impressionnés par les concrétions. Après une pause casse-croûte, nous reprenons notre chemin. La fin des difficultés est proche (et, en effet, nous avons l’impression d’avoir parcouru plus d’1km !). Laissons place au beau, nous ne serons pas déçus.

Des concrétions incroyables, des excentriques par milliers, d’une finesse et d’une fragilité extrêmes, des fistuleuses d’une blancheur éclatantes ! A chaque recoin une surprise : des concrétions bleues, des draperies magnifiques ; bref, on nous avait vendu du rêve… et nous rêvons ! Les différents points topos nous guident, et nous évitent tout doute sur le chemin à suivre.

Nous avançons en suivant la rivière, parfois dessus, parfois au bord, parfois dedans ... Et par deux fois … dessous ! Les petites douches nous surprennent (elles sont pourtant bien inscrites dans le descriptif de la traversée, mais on espère toujours un peu). La première nous permet de nous mettre juste à température, la deuxième est un peu plus sévère, mais nous arrivons à nous réchauffer en continuant notre chemin.

Toutes bonnes choses ayant une fin, il est temps de sortir. Et au cas où nous ne sachions pas trop où aller, le panneau fluo avec inscrit « SORTIE » ne laisse pas de place au doute ! Nous empruntons donc le chemin qui nous amène à un passage plus bas. Le chef part devant, nous le suivons à distance mais lorsque nous le retrouvons, il nous prévient : « la sortie est là… derrière la cascade ; au dessus il y a une trappe, il faut passer très vite. Quand vous serez passés, avertissez le suivant. Après nous serons dehors, trempés, et nous devrons vite aller à la voiture ».

Tout est dit, la troisième douche ne sera pas chaude ! Les uns après les autres, nous nous retrouvons dehors, trempés par -2°C. Nous sommes rapidement à la voiture (quelle bonne idée de l’avoir laissée là.). Nous nous changeons plutôt rapidement !

La sortie est finie, nous gardons en mémoire les merveilleuses concrétions. Nous pouvons rentrer au chaud au gîte où tout le monde nous attend.

TPST : 7h - Spéléos traversants : Christian, Arnaud, Sébastien, Jean-Christophe, Cyril et …

Brynhild.

 

Samedi 3 – Aven de la Barelle - équipe 1 : Gigi, Joël, Murielle, Bryn & « El dictator- Cheveuxdefeu »

Une cavité d’initiation certes normalement archi connue (quoique je ne sais pas trop si je suis déjà venue ? Je ne me souviens de rien ...) mais vraiment dans le thème du gros de la troupe !

J’équipe et vérifie la descente du bas, le reste du groupe suit sans problème, coaché par Bruno depuis le haut ! Bon les 4m de corde manquants m'obligent à faire un équipement peu confort qui fera faire demi tour à certains mais pour les autres, objectif atteint -85m. Remontée tranquille ponctuée d’une pause « je souffle mes bougies » (ne me demandez pas mon âge, je ne sais plus !) super sympa ! Joël me fera même réviser ma technique de « l’ascenseur » : no problem !

Bref, très bonne sortie, puits très esthétiques et pour Gigi,  pas de chauve-souris (ou presque ;-) )

Les potes nous attendent à la sortie, que demandez de plus ? TPST : ?? ben à la louche quoi !

El dictator « Cheveuxdefeu »

CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda