Carnet de route

Chasse aux oeufs de Pâques en Bugey ...

Sortie :  dans l'Ain du 31/03/2018

Le 06/04/2018 par Gaëlle MAINGUE

Au menu de cette sortie presque à domicile : découverte d’une nouvelle grotte pour tous, formation et pratique de l’équipement pour les padawans, progression en autonomie pour le dernier binôme du peloton et coaching pour nos initiateurs ! On se retrouve de bon matin à Lompnas, joli village des montagnettes du Bugey. trois carrosses en course : le binôme Maingue grenoblois, le solo Maingue de la Dombes et Fab et son harem venus tout droit de Roanne… en passant presque par Grenoble !

L’équipage au complet, on optimise les voitures et nous voilà partis à la recherche de la grotte… que l’on ne connaît pas.

En épisode « CAF de Roanne » ça devrait donner quelque chose comme : rando dans les broussailles pendant une matinée avant de pique-niquer dehors pour finalement entrer sous terre vers 15h30…

Mais non ! à notre grande surprise la description de l’accès est infaillible : on prend la piste à droite quand la route fait un grand virage, puis la piste à gauche (très bien empierrée, impeccable en ces temps humides !) qui monte vers la grande prairie, on se gare au niveau du bosquet comme indiqué, et là, il n’y a plus qu’à tourner la tête à droite, on voit le trou d’entrée de la grotte à la lisière de la forêt en face. Incroyable, à peine 3 minutes de marche et on y est !

On avait réussi à récupérer la description de l’accès à la grotte, la fiche d’équipement, le plan et la coupe … que j’ai distraitement oubliés sur la table du salon !

Ce sera donc un peu à l’aventure que l’on fera cette séance d’équipement (d’autant plus formatrice).

L’entrée de la Moilda donne directement sur le premier puits, un P13. Je démarre donc avec une main courante en tricotant un cabestan sur l’arbre irréprochable (et non dévitalisé) le plus proche, puis il faut se faufiler dans le trou pas très large, mais pas trop critique non plus… hum, j’aime pas bien ça, ne pas voir si mes pieds vont tomber sur quelque chose ou si je vais me retrouver en plein vide alors que ma corde est seulement attachée à un arbre et à un vieux spit… mais finalement ouf, il y a un semblant de marche, et les points de la tête de puits sont au-dessus ma tête.

Premiers coups de clé de 13 à bout de bras, et zou, première longueur !

Dès que je vois un spit je m’arrête ; un peu trop d’ailleurs, je pose une dév’ inutile…

Mise en place du fractio qui fera penduler un peu à la remontée : merci le blocage/grand écart des genoux le temps de visser les spits, c’est que les parois sont glissantes par ici !

Arrivée en bas du puits je continue pleine d’entrain dans la petite galerie qui part en face de moi… Ha, c’est rempli de boue et puis le plafond s’abaisse… bon, allez, je me mets à plat ventre pour passer, ça doit se relever derrière ? Et ben non, impasse, c’était pas là !

Pendant ce temps Audrey a atterri et me montre la galerie qui part à gauche, c’est beaucoup plus accueillant !

Enfin, plus avenant mais on est quand même en haut d’un méandre pas très large au fond duquel on voit l’eau couler. Allez, je déroule la 100 mètres, ça doit être le début du Toboggan, je vais installer une main courante sur AN ; on avance comme ça quelques mètres, toujours en méandre, jusqu’à tomber sur une corde fixe : une main-courante pas tendue du tout mais qui m’invite à continuer quand-même par ici. Hé, ça descend légèrement, ça doit être le toboggan qui plonge sur la tête du P30 ! Et bien non, c’est un petit boyau descendant, qui fait un virage à 90°, avant d’arriver sur un modeste ressaut qui arrive les pieds dans l’eau !

Bon, j’installe de quoi mettre mon descendeur, toujours en déroulant ma corde de 100m (à un moment on va être court dans les puits à ce rythme !).

On continue la progression dans la galerie/méandre, ça descend un peu : enfin le puits ? Ben non, toujours pas … Re-pente : ah, ça y est, je crois qu’on y est au fameux toboggan !

La fin de la corde de 100m est arrivée, toute l’équipe se regroupe : kit neuf, équipeuse neuve !

Brynhild prend le relais en prem’s, et elle aura droit au super exercice de l’équipement du P30 avec son départ assez aérien, plus raboutage de corde à 10m du sol en évitant la cascade !

Mission accomplie, on s’empresse de descendre car la montre a tourné ! (moi j’ai pas vu le temps passer et j’ai pas eu froid à me concentrer sur le tricotage de la 100m ).

Intermède-pub gel douche Ushuaïa : au passage de nœud à la descente j’ai voulu tenter la technique du croll, et au moment où j’avais les deux pieds dans ma pédale pour me hisser, la gravité de mon postérieur m’a emmenée prendre une douche sous la cascade… rien de grave mais je comprends pourquoi ça peut arroser ici quand il pleut dehors !!

A la remontée il faut ouvrir l’œil, le lapin de Pâques est passé et a déposé quelques œufs en chocolat sur notre chemin…

On aura encore passé un bon moment sous terre !

L’équipement (même inutile dans le méandre) était chouette à travailler, la grotte est plutôt jolie, Estelle a pu tester en conditions réelles son premier passage de nœud, on a donc tous très envie d’y retourner -avec la description- pour aller voir ce qui se cache après le petit lac !

 Les lapins-terriers : Audrey, Brynhild, Estelle, Isa, Fab, Galou (scribe).

CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda