Carnet de route

Randonnée flore avec Henri Beau

Le 19/08/2019 par Bob Bardin

Nous étions 4 cafistes à retrouver Henri à Pontcharra en Chartreuse, pour qu’il nous fasse profiter d’une petite partie de ses connaissances.

Premier arrêt à Fort Barraux pour la découverte de la Citadelle :

Le Duc Charles Emmanuel Ier de Savoie prend la décision en 1597 d’édifier un fort en territoire français, sur la colline de Barraux. 

Vauban arrive au Fort en 1692 et est très critique sur les travaux faits par ses prédécesseurs. Il demande la correction des faiblesses défensives les plus criantes .

Le bâtiment d’entrée et l’arsenal sont terminés au début du XVIIIe siècle. .
La chapelle actuelle est construite en 1724 grâce à un don du Roi Louis XV sur l’emplacement des ruines de la première chapelle Renaissance.
Les travaux d’envergure  reprennent  vers 1820 pour renforcer le front de Grenoble  .

Le Fort servira de prison pendant les 2 guerres mondiales, puis en 1947, il sera reconverti en dépôt de munitions.
Le Fort est désaffecté en 1988 et la commune de Barraux l’achète. Il sera classé au titre des Monuments Historiques en 1990.

 

Nous reprenons la route pour le Pré d’Orcel pour une courte randonnée, dénivelées de 416 m , au coeur de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse. Un agréable sentier  nous mène à la Croix de l’Alpe (1.821 m) qui offre une vue magnifique sur cet immense plateau d’alpage frontière entre Dauphiné et Savoie et sur les principaux sommets du Massif (Mont Granier, Chamechaude, Dent de Crolles) Les nuages sont présents mais une courte fenêtre s’ouvrira tout de même sur la chaine du Mont Blanc .

 

Le but de cette sortie était lié à la découverte  de la Vulnéraire des Chartreux (Le terme de vulnéraire désigne généralement une plante qui aide à guérir blessures et traumatismes). Recherchée pour son arôme qui parfume plusieurs liqueurs,   Cette plante aux petites feuilles rondes et à la fleur d’un jaune éclatant qui évoque un petit soleil  est considérée par les Cartusiens (habitants de la Chartreuse) comme une véritable panacée.

Sa cueillette, comme celle du génépi, est réputée dangereuse .Il faut en effet aller la cueillir, dans les creux des lapiaz ou  des fissures calcaires.

 

Aucun secret pour Henri qui maitrise le site et assure  à chacun les moyens de pratiquer une médecine populaire pour l’année, voir plus…

Un grand merci à Henri pour la réussite de cette journée, qui ne peut qu’encourager d’autres programmations.







CLUB ALPIN FRANCAIS ROANNE ET SA REGION
1 AVENUE DE BEAUSÉJOUR
42300  ROANNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 71 04 30
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda